madettox
augmenter ses revenus réduire ses dépenses

Témoignage d’une future désendettée

Pour ce nouvel article j’ai laissé la parole (et le clavier!) à une demoiselle que nous appellerons: Mlle A.

Mlle A et moi avions échangé sur Instagram en avril mai sur ses difficultés financières. La semaine dernière, Mlle A m’a recontacté pour me donner des nouvelles de sa situation qui avait bien évolué. Au fil de nos MPs et à la vue de ces premières réussites, je lui ai demandé si elle accepterait de témoigner sur le blog et elle a tout de suite dit oui, persuadée que sa situation pourra aider d’autres personnes dans le même cas. J’en suis intimement convaincue aussi et c’est pourquoi je vous laisse avec son témoignage.

Je me sens euphorique, pleine d’entrain et comme libérée d’un poids. Je viens de réaliser un remboursement anticipé de mon crédit revolving, ce qui fait qu’à la fin du mois, je l’aurai officiellement soldé. Et un boulet de moins au pied !

J’ai commencé l’année 2020 avec trois dettes : plusieurs centaines d’euros qu’un membre de ma famille m’avait avancé pour payer des dépenses urgentes et nécessaires, un crédit revolving attaché à ma carte de crédit de 3100€ et un crédit à la consommation de 8000€.

Ce ne sont pas mes premiers crédits. Je suis acheteuse compulsive depuis plusieurs années. J’ai commencé par vider mes comptes épargne, dépenser l’intégralité de mes revenus, puis j’ai mis le doigt dans l’engrenage courant 2016 en prenant un premier crédit à la consommation de 5000€.

A l’époque mon salaire ne me permettait pas de consommer autant que je le voulais. Je me suis dit que j’utiliserais une partie de cette somme pour me faire plaisir et que je placerai une autre partie comme trésorerie. Bien sûr ! La somme a en fait été dépensée en quelques mois à peine pour des conneries, dont je ne me souviens même plus aujourd’hui. Comme j’ai eu le droit à un taux spécial « jeunes » sur ce crédit, les intérêts n’étaient pas délirants, et je l’ai remboursé comme prévu en deux ans, à raison d’environ 200€ par mois. Quand je l’ai remboursé je me suis sentie soulagée et me suis dit que j’en avais fini avec les crédits à la consommation. Deuxième erreur !

Il y avait le crédit revolving qui guettait, attendant son heure. Pendant longtemps j’ai résisté, car je savais que c’était le Mal. D’ailleurs j’avais le droit à la base à 8000€, et ma banque voyant que je ne l’utilisais pas, l’a réduit à 3100€, et tant mieux car sinon j’aurais été capable de dépenser la totalité de cette somme. Et puis un jour j’ai mis le doigt dans l’engrenage. Plus de 3000€ claqués pour d’autres conneries, dont une bonne partie que je ne possède même plus aujourd’hui.

Et je crois que c’est sans doute ça qui est le pire : être incapable de pointer du doigt ce que j’ai exactement acheté avec cet argent qui n’était même pas à moi. Rien d’utile ou de nécessaire, mais des choses dont à l’époque j’avais l’impression d’avoir absolument besoin, et que je pouvais me permettre avec cet argent qui ne m’appartenait pas. C’était tellement facile !

Ma banquière m’a proposé un premier crédit à la consommation pour renflouer ce crédit revolving et me faire payer moins d’intérêts. Sur le coup, ça m’a paru être LA solution, parce que évidemment je n’avais pas d’épargne et je ne me voyais pas augmenter mes mensualités. Et puis j’ai à nouveau vidé le crédit revolving, donc j’ai augmenté le crédit à la consommation pour le renflouer une seconde fois.

Et puis fin 2019, en quelques mois, j’ai à nouveau claqué les 3100€ du crédit revolving.

Voilà comment je me suis retrouvée début 2020 avec toutes ces dettes.

Évidemment, j’ai pris plusieurs faux départs. A chaque fois je me disais que j’allais gérer mon budget, augmenter les mensualités de mon crédit… Et à chaque fois j’avais une bonne raison de repousser au mois suivant, un truc absolument indispensable à acheter sans lequel je ne pouvais pas vivre.

J’ai commencé à suivre des blogs, comme celui de MaDettox, des chaînes youtube, des comptes Instagram, des personnes qui rencontraient les mêmes difficultés que moi, ou qui étaient passées par là. Ça m’a motivée à me dire que si eux l’avaient fait, je pouvais y arriver aussi. Et cela continue à m’inspirer et à me motiver. Comme quand on est au régime, on évite de passer devant un McDo, et bien c’est la même chose : j’ai unfollowé plein de comptes instagram et de chaînes youtube qui me donnaient envie de (sur)consommer pour me concentrer sur ce qui m’aidait vraiment et me faisait du bien.

Le vrai déclic, ça a été durant le confinement. J’ai eu la chance de conserver mon emploi et mon salaire, et dans le même temps il était quasiment impossible d’acheter quoi que ce soit hormis les biens de première nécessité. Et pour la première fois depuis des années, je n’ai dépensé qu’une centaine d’euros au mois d’avril pour des achats « non essentiels ».

Ne me jetez pas la pierre si vous trouver ça déjà énorme, il faut savoir qu’habituellement je dépensais plutôt autour des 1000€ par mois, majoritairement en futilités diverses et variées. Avec un salaire net d’environ 2000€, je passais donc mon temps à jongler entre le découvert et les crédits pour maintenir ce train de vie, et bien sûr je n’avais aucune épargne.

De là est venue une pensée : « en fait, ne rien dépenser c’est facile. » Effectivement, je n’ai pas inventé l’eau chaude en pensant cela. Mais ça a été une révélation. On est tellement matraqué de pubs, on nous offre tellement de facilités de paiement pour consommer toujours plus, que je me sentais« obligée » d’acheter toujours plus, frénétique et jamais satisfaite. Et à chaque nouvel achat, j’attendais le suivant et ainsi de suite… Et ne pas pouvoir acheter m’a permis de me rendre compte que je pouvais tout à fait survivre, et même bien vivre sans dépenser.

Cette économie m’a permis de rembourser la dette familiale en deux mois.

A côté de ça, j’ai commencé à faire du tri, et à vendre plein de choses sur Vinted (dont beaucoup achetées avec ces fameux crédits à la consommation). Même si je n’ai évidemment pas pu récolter l’intégralité de ce que j’avais dépensé, j’ai tout de même récolté plusieurs milliers d’euros en quelques mois et je dois avouer que c’était très jouissif de voir le solde de mon livret A augmenter, et de garder des sous sur mon compte courant.

Ensuite, je me suis attaquée au crédit revolving, en suivant la méthode « boule de neige ». [ndlr: je vous parle de la méthode boule de neige ICI ]

Ce n’était pas la somme la plus élevée, mais les intérêts étaient exorbitants (presque la moitié de la mensualité). Si j’avais suivi l’échéancier, à raison d’un remboursement de 90€ par mois, je l’aurais soldé en… octobre 2025 !

En six mois, à raison de 500€ par mois, je l’ai donc soldé une bonne fois pour toutes !!

Comment j’ai fait ? Je me suis mis un coup de pied aux fesses. Sur ces six mois, j’ai été tentée au moins à deux reprises de faire un report de mensualité car j’avais trop dépensé par ailleurs et que ça m’aurait fait un peu d’air. Mais je n’ai pas lâché, parce que le plus important pour moi c’était de me débarrasser de cette dette qui m’étouffais. L’argent de mes ventes m’a aussi aidé, j’ai pu continuer à me faire plaisir sans avoir l’impression de trop me restreindre (je travaille toujours dessus, mais on ne change pas en un jour !)

Et j’ai réussi ! Ce crédit restera en 2020 et pour ne plus être tentée, je vais changer de carte paiement. Bye Bye le crédit revolving !!

Je me sens incroyablement fière d’y être arrivée. Marre d’être la fille qui n’a jamais de quoi pallier aux imprévus, qui n’a jamais une thune pour partir en vacances, mais qui est capable de claquer presque un smic tous les mois dans du maquillage, des fringues, etc…

Aujourd’hui j’ai l’immense satisfaction de m’être prouvée à moi-même que j’en étais capable et que je pouvais y arriver. L’estime de soi joue énormément. Parce que tout est fait pour que l’on tombe dans le piège de la consommation à outrance, mais une fois que l’on a contracté des dettes « non vertueuses » on se sent comme un pestiféré. C’est mal, c’est honteux il ne faut pas en parler !

Voilà pourquoi je tiens à témoigner et à donner des chiffres concrets, parce que je sais que je ne suis pas la seule, qu’on est des milliers dans mon cas. Lire des témoignages m’a aidé, alors j’espère que le mien vous aidera.

Une autre leçon que j’ai apprise ? « Si tu n’as pas d’argent, ne dépense pas. » C’est très con aussi, hein ? Et pourtant… Dans notre société, on ne sait plus gérer la frustration, il nous faut tout, tout de suite. Mais la vérité, c’est qu’en touchant un salaire moyen, surtout en vivant dans une grande ville, non on ne peut pas tout avoir. Il faut prioriser : avoir un toit sur sa tête et manger équilibré plutôt que de bouffer de la m**** pour se payer le dernier Iphone. Cette crise nous a prouvé que rien n’était acquis.

Les pièges sont omniprésents, les tentations nombreuses, mais pour moi mon bonheur passe aujourd’hui par le fait d’avoir des finances saines. Je me sentais étranglée par ces multiples crédits, et aujourd’hui je respire un peu mieux.

Et ensuite ? Je termine l’année avec seulement 10€ sur mon livret A. J’ai continué en 2020 à rembourser mon crédit conso, en gardant la mensualité qui était prévue, 160€. Il me reste donc un peu moins de 7000€ à rembourser.

En 2021, je prévois de me fixer un budget et de m’y tenir. Je vais commencer par me constituer une épargne de précaution. Puis, comme pour le précédent crédit, j’augmenterai les mensualités afin de rembourser 500€ par mois. Cela me laissera assez pour continuer à épargner tous les mois, et à garder un budget « loisirs », bien sûr plus modeste que les sommes faramineuses que je claquais jusque-là chaque mois.

Je devrais donc réussir à solder ce crédit au printemps 2022 au lieu la fin 2024, et qui sait, pourquoi ne pas réussir à le laisser en 2021, celui-là ?

Tout n’est bien sûr pas tout rose. Quand je regarde, ne serait-ce que dans mon entourage proche, il y a des personnes de mon âge qui sont déjà propriétaires et/ou qui ont une épargne conséquente.

Ce n’est pas mon cas, à trente ans passés je suis toujours locataire et je n’ai quasiment pas d’épargne (hormis un PEL qui est bloqué, et heureusement, parce que j’aurais été susceptible de le vider lui aussi..)

Mais j’ai lu une citation qui disait : « Take pride in how far you have come and have faith in how far you can go ». Et c’est exactement ça. Rien ne sert de se comparer, on a chacun son parcours. Rien ne sert de se lamenter. Oui, à l’heure actuelle, si je n’avais pas autant déconné, je pourrais sans doute avoir épargné une belle somme, et pourquoi pas m’être lancée dans un achat immobilier… Mais le passé est passé, on ne peut rien y changer. En revanche, il n’est jamais trop tard pour décider de son futur, et le mien sera désendetté.”

Merci Mlle A pour ce beau témoignage dans lequel je me suis parfois reconnu. Une inconnue parmi d’autres, une femme qui a fait des erreurs et qui a décidé de changer de cap et de mettre les efforts et les sacrifices qu’il faut pour atteindre son objectif. Je suis d’ailleurs persuadée qu’elle soldera son crédit et se désendettera bien avant la date prévue.

J’espère que si vous êtres dans une situation similaire ce témoignage vous parlera et vous aidera à voir que TOUT LE MONDE peut y arriver. Il n’y a pas de formule magique, il n’y a pas de secret. Il y a juste beaucoup d’efforts et de sacrifices.

Et si vous aussi vous avez envie de témoignez de vos efforts et vos réussites pour inspirer d’autres personnes, n’hésitez pas à m’écrire : contact@madettox.com ou à m’envoyer un MP sur Instagram

Être (sur)endettée est difficile. Se désendettée est difficile. Il ne tient qu’à vous de choisir qu’elle difficulté vous préférez. Celle qui vous enfonce chaque jour un peu plus ou celle qui vous fait voir l’avenir plus sereinement?

With love, Sam ♥

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.